Conférences

Les conférences de Bottes et Vélo sont offertes dans toutes perspectives spirituelles ou religieuses. Parfois orientée vers une tradition particulière, à d’autres moments elles s’offrent dans une spiritualité ouverte et biophile, selon la demande. Bottes et Vélo désire conserver une ouverture dans son approche afin que tous se sentent interpellés dans leur spiritualité, sans distinction.

Sur cette page, vous trouverez également les informations relatives aux différents débats universitaires (séminaires, colloques ou autre) portant sur le pèlerinage et à l’intérieur desquels Bottes et Vélo interviendra.


Calendrier 2017

Titre: Entre Compostelle et Ste-Anne-de-Beaupré (Séminaire de la Chaire Jeunes et Religions – Université Laval)

Résumé: Depuis le milieu des années 1990, plusieurs dizaines de milliers de Québécois ont fait Compostelle. Au retour, certains ont dé-marré des chemins permettant de vivre au Québec l’expérience de la marche pèlerine de longue durée. Les 20 chemins québécois se rattachent, de manière variable, à la longue tradition de pèlerinage vers des sanctuaires. La marche pèlerine, différente de la marche de longue randonnée classique, est en pleine expansion. Comment comprendre et interpréter ce phénomène? (Affiche du séminaire)
Présentation par Michel O’Neill
Sociologue, professeur émérite de l’Université Laval, au-teur de l’ouvrage Entre Saint-Jacques et Compostelle et Sainte-Anne-de-Beaupré. La marche pèlerine québécoise depuis les années 1990 (2017, PUL)
Réaction par Éric Laliberté
Doctorant, Faculté de théologie et de sciences religieuses de Université Laval

  • Mercredi 19 avril, 12h30 à 14h, Pavillon Félix-Antoine-Savard (local 813), Université Laval

Titre: Compostelle ou le pèlerinage « postreligieux »

Résumé: Les pèlerinages vers Compostelle ont la cote et l’engouement pour le phénomène dépasse la mode. De 500 pèlerins/an, au début des années 1980, à plus de 277 000 en 2016, l’expérience pèlerine vient réaffirmer une constante anthropologique : la quête de sens. Le pèlerinage a toutefois évolué dans sa forme. Loin des compagnons d’Aimery Picaud (XIIième siècle) qui ont marqué la voie vers Compostelle, le renouveau actuel a pris essor dans un contexte particulier : celui des courants littéraires ésotériques des années 90. De Paolo Coelho (1987) à Shirley Maclaine (2000), le pèlerinage s’est affranchi du rite institutionnel pour entrer dans la marginalité et prendre un virage « postreligieux ». Affranchit, les pèlerins ne marchent plus pour répondre à une prescription, mais pour l’expérience spirituelle personnelle. Le pèlerinage « postreligieux » s’annonce désormais comme exercice explorant les nouvelles frontières d’une religiosité à apprivoiser.

  • 27 avril, (heure à venir) – Colloque sur le religieux contemporain, Université de Sherbrooke

Titre: L’expérience christique – une lecture pèlerine de l’évangile.

Résumé: Tout au long de son histoire, Jésus-Christ traverse la vie des gens. Jamais il ne s’installe. Il monte sur la montagne, descend vers Nazareth, entre en Samarie, navigue sur une barque, marche sur les eaux, traverse des villages, monte à Jérusalem… Il est toujours de passage. L’expérience christique, c’est l’histoire de cette rencontre qui s’effectue en passant. Comme sur un chemin de pèlerinage…

À propos de cette conférence, écoutez l’entretien de l’animatrice Dany Bentz, avec Éric Laliberté, qui a été diffusée sur les ondes de Radio-Galilée. (Diffusé avec l’aimable autorisation de Radio-Galilée.)

  (Diffusé avec l’aimable autorisation de Radio-Galilée.)

  • 11 avril, 19h30 – Centre de spiritualité Manrèse, Québec
  • 18 avril, 19h00, Sanctuaire Ste-Thérèse-de-Lisieux, Beauport 
  • 22 juillet, 14h30 – Ermitage St-Antoine de Lac-Bouchette
  • 30 juillet, 14h00 – Basilique Ste-Anne-de-Beaupré
  • À venir (décembre 2017) – Sanctuaire Notre-Dame-du-Cap, Trois-Rivières

Titre: Le pèlerinage. Au-delà de la marche, un parcours humanisant.

Résumé: En ce moment, les pèlerinages à la « Compostelle » ont la cote et l’engouement pour le phénomène dépasse la simple mode. Des 500 pèlerins par années au début des années 1980, aux 277 000 de 2016 (et ce pour les seuls statistiques de Compostelle), la croissance est constante et magistrale. Mais qu’en est-il? Qu’est-ce qui animent tous ces pèlerins? Les témoignages laissent entendre que l’expérience va bien au-delà de la marche. Bien plus que le rituel qui lui a donné le jour, le pèlerinage de longue randonnée se développe comme exercice holistique, biophile et humanisant.

  • 7 mai, (heure à venir) – Salon Santé et Mieux-Être au Centre des Foires de Sherbrooke
  • 12 août, 14h30 – Ermitage St-Antoine de Lac-Bouchette
  • 20 août, 14h00 – Basilique Ste-Anne-de-Beaupré
  • 28 septembre, 19h00 – Sanctuaire Notre-Dame-du-Cap (Trois-Rivières)
  • 7 novembre, 19h00 – Centre Le Rocher (Saint-Jérôme)

Titre: L’audace de suivre sa voie.

Résumé: La spiritualité offre un large spectre de personnages phares qui éclairent les routes du monde. Pour le « néopèlerin », en marche sur le grand chemin de la vie, le contexte « postreligieux » dans lequel nous évoluons donne à voir ces figures au-delà du religieux. Il permet d’entrer dans une spiritualité qui s’adresse à tous. Thérèse de Lisieux est l’un de ces visages. Figure marquante du 19ième siècle, « sainte des petits chemins », elle nous rappelle l’importance de suivre sa voie avec audace et authenticité. Dès son jeune âge, elle sait au plus profond d’elle-même qu’elle est faite pour de « grandes choses ». La Vie lui enseignera la grandeur des petites choses faites avec amour : l’art de la simplicité. Tout le contraire d’une vie de performance! Thérèse, c’est le visage d’une jeune femme dynamique et rayonnante; c’est l’art de l’écoute et de l’attention portée à sa petite voix intérieure. Thérèse, c’est l’audace de suivre sa voie envers et contre tout. Laissez-vous déplacer par la plus petite des grandes femmes de notre époque!

  • 23 mai, 19h30 – Cocathédrale St-Antoine-de-Padoue, Longueuil

Titre: Aller plus loin que Compostelle

Résumé: Compostelle interpelle l’imaginaire collectif. Qui n’a pas entendu parler du célèbre Camino? Mais qu’en est-il de cette expérience? Que cherchent les pèlerins en relevant le défi de se lancer sur cette route? Exercice qui invite à se défaire du trop-plein d’une vie surchargée et exigeante, le pèlerinage éveille les possibles d’une vie toute autre. Il invite à construire du sens, là où notre société devient parfois insignifiante.

13 août, 15h30 – Sanctuaire Notre-Dame-du-Cap, Trois-Rivières


Titre: The Way, a « post-religious » pilgrimage?

Abstract: Compostela’s pilgrimages are very popular and they’re going far beyond mere fashion phenomenon. From 500 pilgrims per year in the early 1980s to more than 278,000 in 2016, the experience reaffirms that there is “something” going on the camino. But what’s happening and from where?

Through the work of Denise Pericard-Méa (2004;2006) Bartolomé Bennassar (1970) and Alphonse Dupront (1985), among others, this paper proposes to highlight the influence of a literacy current in the metamorphosis of the pilgrimage. Through this reflexion we will draw a portrait of this “post-religious” pilgrimage based on recent research in the field of Pilgrimage Studies (Im and Jun, 2015; Tisdell, 2013; Gothoni, 2014; Bush and Tisdell, 2012; Zapponi, 2011; Boutin, 2008) and various stories of “neopilgrims”.

7 octobre – Symposium « Pilgrimage Studies », Université William & Mary, Virginie, États-Unis