Bottes et Vélo – Programmation 2016

Bottes et Vélo – le pèlerin dans tous ses états, vous a mijoté une année riche en activités de toutes sortes!

Découvrez les grandes lignes de notre programmation 2016.

Pour en apprendre davantage, visualisez le calendrier complet
des activités de
Bottes et Vélo – Programmation 2016.
Bottes et Vélo - Chemin KamouraskaSéjours de marche:
Voyages et ressourcement à travers le pèlerinage

Vivez l’expérience du pèlerinage de longue randonnée soutenu par une démarche permettant d’approfondir l’exercice, le tout dans une spiritualité laïque.
Voyages de 8 à 16 jours de marche au Québec et en Ontario.
– Séjours de ressourcement : 2 jours de marche (Du vendredi soir au dimanche après-midi.)

 Ateliers du pèlerinUne démarche sans marche: Les Ateliers du Pèlerin et les Weekends Pèlerins

Expérimentez la démarche pèlerine sans prendre les grands chemin!
À  travers des rencontres hebdomadaires, ou un weekend intensif, venez vivre le déplacement intérieur suscité par le pèlerinage de longue randonnée.

Déjeuners-causeries

Un moment d’échange convivial sur le pèlerinage à travers différents thèmes à caractères plus techniques ou encore sur le sens de la démarche pèlerine.
– Planifier son pèlerinage.
– Mon sac à dos… reflet de mes insécurités.
– S’outiller pour pèleriner.
Une fois par mois de janvier à avril et de septembre à décembre.

Au plaisir de faire un bout de route avec vous!Bottes et Vélo - Emblême

Éric Laliberté et Brigitte Harouni

 

Bottes et Vélo sur Radio-Galilée

Lors de notre pèlerinage sur la Voie du Saint-Laurent, chaque semaine Mme Dany Bentz de Radio-Galilée nous recevait en entrevue téléphonique pour faire le point sur notre parcours.
Radio-Galilée - Dany Bentz
Si vous avez manqué ces entrevues, ou désirez les entendre de nouveaux, les voici en rafale. Cinq entrevues d’environ 8 à 10 minutes chacune.

 

Éric Laliberté et Brigitte HarouniBottes et Vélo - Emblême

1. Bottes et Vélo sur Radio-Galilée – 23 juin 2015

2. Bottes et Vélo sur Radio-Galilée – 30 juin 2015

3. Bottes et Vélo sur Radio-Galilée – 9 juillet 2015

4. Bottes et Vélo sur Radio-Galilée – 15 juillet 2015

5. Bottes et Vélo sur Radio-Galilée – 21 juillet 2015

 

 

 

 

 

 

 

Bilan de l’édition 2015 – Pèlerinage sur La Voie du Saint-Laurent

La Voie du Saint-Laurent - 2015Voici la capsule vidéo bilan de l’édition 2015 de notre pèlerinage sur La Voie du Saint-Laurent. Dans cette capsule, nous faisons le retour sur les objectifs de cette édition: promotion du pèlerinage autonome et sensibilisation des hébergeurs. Nous abordons la question du transport collectif en Gaspésie. Il est aussi question de la qualité du parcours et de sa diversité. Et nous terminons par nos coups de coeur respectif.

Merci à vous tous qui nous avez suivi. Vous êtes plus de 2000 à l’avoir fait! C’est merveilleux tout ce support et ces encouragements que vous nous avez offerts. L’intérêt est plus que manifeste pour cet exercice et toute la démarche qu’il implique. Nous vous invitons donc à rester attentif aux activités de Bottes et Vélo. D’autres projets sont en préparation (exploration du Chemin de la Restauration pour cet automne, un pèlerinage depuis l’état de New York jusqu’à Ste-Anne-de-Beaupré en longeant le Lac Champlain et le Saint-Laurent), des déjeuners-rando qui s’ajouteront à notre programmation et les ateliers du pèlerin qui débuteront dès septembre. À noter que seront également de retour en septembre les déjeuners-causerie de Bottes et Vélo. La rédaction des articles sur le blogue reprendra officiellement le 21 août.

Nous vous rappelons que les guides du pèlerin sont disponibles gratuitement sur le site de Bottes et Vélo. La saison du pèlerinage est loin d’être terminée. Il est encore temps de tenter l’expérience! Osez!

Nous souhaitons bonne route sur tous vos chemins de pèlerinage! Ouvrez vos coeurs et votre regard à tous ces nouveaux point de vue qui s’offrent à vous.

Au plaisir de vous retrouver en septembre!Bottes et Vélo - Emblême

Éric Laliberté et Brigitte Harouni

Les aventures de Bottes et Vélo sur la Voie du St-Laurent, le chemin qui marche!

Cet été – sur facebook, le blogue et youtube – suivez les aventures de Bottes et Vélo en pèlerinage sur la Voie du St-Laurent, le chemin qui marche!La Voie du St-Laurent - Percé

Avec nous, découvrez cette portion majestueuse du fleuve qui s’étend de Québec à Percé.Venez rencontrer les habitants de tous ces villages colorés qui vivent au rythme des marées. Des gens accueillants, sympathiques et chaleureux!

Venez goûter les odeurs et les saveurs de la mer au fil de nos pas épicuriens. Des pas qui, parfois, s’éternisent de plage en plage, le temps d’observer phoques, baleines et Fous de Bassan; de se tremper les pieds dans l’eau salée; ou tout simplement pour faire la sieste au pied d’un rocher.

Venez découvrir la marche du pèlerin! Celle qui se laisse déplacer hors de ses sentiers connus, vers un ailleurs qui appelle le meilleur en chacun de nous. Celle qui porte un regard différent sur le quotidien de nos vies. Celle qui nous repositionne dans ce monde et où tout redevient précieusement vivant…

Bottes et Vélo - Pèlerinage La Voie du St-Laurent - Juillet 2014

Au cours de ce périple, nous vous offrons aussi l’occasion de vivre ce pèlerinage « live » en venant marcher quelques jours avec nous, ou en participant à l’une des soirées-causeries qui se tiendront sur notre parcours. Lors de ces soirées, nous vous partagerons notre expérience du pèlerinage de longue randonnée (au Québec et à Compostelle), et nous échangerons avec vous sur le potentiel d’une telle pratique. Pour ceux et celles qui ne pourront se joindre à nous, vous aurez la possibilité de suivre nos aventures sur le web à travers le blogue de Bottes et Vélo, sa page facebook, ou encore sur sa chaîne youtube. Vous avez le choix, aucune raison de manquer cet événement! 🙂

C’est donc un rendez-vous avec Bottes et Vélo, du 24 juin au 19 juillet, sur la Voie du St-Laurent, le chemin qui marche!

Rendez-vous radiophoniques :La Voie du St-Laurent - 2014

  • PASSION FM (Bellechasse): mardi, 23 juin, 7h35. Avec Émilie Anne Larochelle
  • Radio-Galilée (Québec) : mardi, 23 juin, entre 8h et 9h. (Premier de 5). Avec Dany Bentz.
  • Radio-Canada (Matane) : jeudi, 25 juin, 8h50. Avec Yves Larouche.
  • Radio-Canada (Rimouski) : jeudi, 25 juin, entre 8h et 9h. Un reportage d’Isabelle Damphousse.
  • CIEL FM (Rivière-du-Loup): 28 ou 29 juin. Avec Mireille Soucy.
  • Radio-Galilée (Québec) : mardi, 30 juin, entre 8h et 9h. (2 de 5). Avec Dany Bentz.
  • Radio-Galilée (Québec) : jeudi, 9 juillet, entre 8h et 9h. (3 de 5). Avec Dany Bentz.
  • Radio-Galilée (Québec) : mercredi, 15 juillet, entre 8h et 9h. (4 de 5). Avec Dany Bentz.
  • Radio-Galilée (Québec) : lundi, 20 juillet, entre 8h et 9h. (5 de 5). Avec Dany Bentz.
  • Radio-Gaspésie (Gaspé) : Avec Ariane Aubert-Bonn.

Soirées-causeries :

  • Vendredi, 3 juillet, 19h30 : Auberge de jeunesse Manoir des Sapins (Ste-Félicité)
  • Mardi, 7 juillet, 19h30 : Turquoiz Café (La Martre)
  • Jeudi, 9 juillet, 5 à 7 : Salle de spectacle La Pointe Sec (Mont-Louis)
  • Lundi, 13 juillet, 19h30 : L’Anse-à-Valleau (Lieu à déterminer)
  • Mardi, 14 juillet, 19h30 : Auberge de jeunesse Griffon (L’Anse-au-Griffon)
  • Mercredi, 15 juillet, 19h30 : Centre communautaire La petite école (Cap-aux-Os)
  • Jeudi, 16 juillet, 19h30 : Centre communautaire (Gaspé)La Voie du St-Laurent - Cap-St-Yvon
  • Dimanche, 19 juillet, 19h30 : Espace Suzanne Guité (Percé)
Calendrier du parcours :

PARCOURS BOTTES

  • 24 juin – Étape 01 : Québec / St-Michel-de-Bellechasse – 26 km

PARCOURS VÉLO

  • 25 juin – Étape 02 : St-Michel-de-Bellechasse / St-Jean-Port-Joli – 67 km
  • 26 juin – Étape 03 : St-Jean-Port-Joli / Rivière-du-Loup – 94 km
  • 27 juin – Étape 04 : Rivière-du-Loup / Trois-Pistoles – 47 km
  • 28 juin – Étape 05 : Trois-Pistoles / Rimouski (Pointe-au-Père) – 72 km

PARCOURS BOTTES

  • 29 juin – Étape 06 : Rimouski (Pointe-au-Père) / Ste-Flavie – 20 km
  • 30 juin – Étape 07 : Ste-Flavie / Métis-sur-Mer – 19 km
  • 1er juillet – Étape 08 : Métis-sur-Mer / Baie-des-Sables – 18 km
  • 2 juillet – Étape 09 : Baie-des-Sables / Matane – 27 km
  • 3 juillet – Étape 10 : Matane / Ste-Félicité – 17 km (Manoir des Sapins)
  • 4 juillet – Étape 11 : Ste-Félicité / Les Méchins – 29 km
  • 5 juillet – Étape 12 : Les Méchins / Cap-Chat – 25 kmLa Voie du Saint-Laurent - 2014
  • 6 juillet – Étape 13 : Cap-Chat / Ste-Anne-des-Monts – 16 km
  • 7 juillet – Étape 14 : Ste-Anne-des-Monts / La Martre – 26 km (Turquoiz Café)
  • 8 juillet – Étape 15 : La Martre / Mont-St-Pierre – 28 km
  • 9 juillet – Étape 16 : Mont-St-Pierre / Mont-Louis – 10 km (Café L’Amarré)
  • 10 juillet – Étape 17 : Mont-Louis / Ste-Madeleine – 28 km
  • 11 juillet – Étape 18 : Ste-Madeleine / Grande-Vallée – 23 km
  • 12 juillet – Étape 19 : Grande-Vallée / Cap St-Yvon – 28 km
  • 13 juillet – Étape 20 : Cap St-Yvon / L’Anse-à-Valleau – 22 km (lieu à déterminer)
  • 14 juillet – Étape 21 : L’Anse-à-Valleau / Anse-au-Griffon – 28 km (Auberge de jeunesse Griffon)
  • 15 juillet – Étape 22 : Anse-au-Griffon / Cap-aux-Os – 26 km (Centre com. La petite école)
  • 16 juillet – Étape 23 : Cap-aux-Os / Gaspé – 27 km (lieu à déterminer)
  • 17 juillet – Étape 24 : Gaspé / Douglastown – 15 km
  • 18 juillet – Étape 25 : Douglastown / St-Georges – 22 km
  • 19 juillet – Étape 26 : St-George / Percé – 26 km (La Place du Pêcheur)

On a bien hâte de vous retrouver! 🙂
Éric Laliberté et Brigitte Harouni

La Voie du St-Laurent – Édition 2015

Bottes et Vélo - La Voie du St-Laurent - QuébecC’est investi d’une mission bien précise que Bottes et Vélo se lance pour une deuxième année consécutive sur La Voie du St-Laurent, le chemin qui marche :

  1. Faire connaître le pèlerinage comme exercice à intégrer dans un art de vivre.
  2. Explorer et sensibiliser au besoin d’hébergement pèlerin afin que cette pratique prenne de l’ampleur au Québec.

Si on se réfère à Compostelle, l’intérêt est présent et s’accroisse sans cesse : de 150 pèlerins par année au début des années 80, c’est plus de 225 000 pèlerins qui ont fréquenté le chemin en 2014. C’est plus qu’exponentiel! Mais cela signifie surtout qu’il s’agit plus que d’une simple mode. La population est vivement interpelée par cette démarche spirituelle.

La Voie du St-Laurent – le chemin qui marche – fut nommée ainsi, par les autochtones, il y a plusieurs milliers d’années. Une appellation qui, sans le savoir, allait donner le ton à ce pèlerinage que plusieurs peuples ont déjà fréquenté dans l’espoir d’un meilleur. Empruntant cette voie maritime, des milliers de personnes à travers l’histoire se sont mises en marche, quittant leur quotidien, loin de leurs certitudes, en quête d’une vie meilleure, en quête d’une réalisation, d’un accomplissement. Des bâtisseurs, des visionnaires, des créatifs ont pris cette route à l’écoute de cette Parole qui murmurait en eux le goût de vivre. C’est la définition même du pèlerinage qui, depuis des siècles, s’expérimente à travers cette démarche le long du St-Laurent : se laisser déplacer, physiquement et intérieurement, vers un espace de sanctification – un sanctuaire – un lieu qui appelle le meilleur de soi.

Bottes et Vélo - La Voie du St-Laurent - PercéDu 24 juin au 19 juillet, nous referons donc le parcours de ce pèlerinage historique, depuis la Basilique-cathédrale Notre-Dame-de-Québec, première église en Amérique du Nord, jusqu’à Percé. Ce sont les yeux encore brillants de nos expériences précédentes que nous replongerons dans cette belle aventure qu’est le pèlerinage, ceci tout en ayant en tête le développement de l’hébergement pèlerin et d’en sonder les diverses formes existantes.

Au cours de ce périple de 26 jours, nous encouragerons particulièrement les gens à s’inscrire sur le réseau Ephatta comme hébergement pèlerin  « donativo » (contribution volontaire); et nous expérimenterons le réseau d’hébergement alternatif Couchsurfing qui semble déjà bien implanté au Québec.

À travers différentes capsules vidéo que nous mettrons en ligne, vous pourrez suivre notre pèlerinage. Ces capsules vous permettront de découvrir la région et d’en apprendre davantage sur l’hébergement disponible.

Encore une fois cette année, nous comptons sur votre soutien pour faire courir la rumeur de la Voie du St-Laurent! Suivez notre calendrier de pèlerinage pour savoir quand nous serons de passage dans votre secteur: Bottes et Vélo – La Voie du St-Laurent – Calendrier 2015

Bottes et Vélo - La Voie du St-Laurent - PercéSi certains, certaines, parmi vous souhaitent organiser une rencontre lors de notre passage, nous sommes disponibles pour offrir une soirée-causerie sur le pèlerinage et partager notre expérience de la Voie du St-Laurent et du Chemin de Compostelle. Une soirée qui peut se dérouler dans votre salon ou sur votre patio, en toute simplicité. Vous n’avez qu’à nous contacter.

Nous lançons également l’invitation à tous ceux et celles qui seraient tentés par l’expérience à venir faire un bout de chemin avec nous. Que ce soit pour une journée, plusieurs jours ou même plus d’une semaine : vous êtes les bienvenu-e-s! Vous n’aurez qu’à défrayer les coûts de vos repas et de votre hébergement. Consultez notre calendrier et écrivez-nous pour nous dire en quel endroit vous aimeriez vous joindre à nous. Ce serait une merveilleuse façon de faire votre connaissance, ceci tout en explorant une des plus magnifiques régions du Québec!Bottes et Vélo - Emblême

Éric Laliberté et Brigitte Harouni

Bottes et Vélo – La Voie du St-Laurent – Édition 2015

Qu’est-ce que la démarche du pèlerin?

Le pèlerinage de longue randonnée n’est pas un lieu.
Il est itinéraire de vie inscrit dans le corps et l’esprit, marqué par le temps.
Bottes et Vélo

Puy-en-Velay - 2009En Europe, l’expérience du pèlerinage de longue randonnée étant plus développée, on en a articulé une compréhension de la démarche en un cycle de quatre temps : PARTIR, CHEMINER, DEMEURER, REPARTIR. C’est à travers ce cycle répétitif que pourra se faire le grand ménage du corps et de l’esprit, qu’un regard nouveau pourra naître. Un processus en spirale qui appelle à se laisser déstabiliser jour après jour. Ce cycle marque les temps forts d’un processus transformateur qui engagera tout l’être du pèlerin : corps et esprit, mais dont la dimension temps ne devra pas être négligée. Le processus dans lequel s’élance le pèlerin ne peut se faire rapidement, il demande du temps. Il s’inscrit en nous lentement, au rythme de la vie. La démarche du pèlerin appelle le mouvement dans tout mon être et me fait prendre conscience que la vie n’a rien de stagnant : « Les renards ont des terriers, les oiseaux du ciel ont des nids; mais le Fils de l’homme n’a nulle part où poser sa tête. (Lc 9,58) » L’être humain a cet élan de vie inscrit en lui.

PARTIR
Entreprendre un pèlerinage de longue randonnée signifie : partir, quitter mon quotidien, me laisser déstabiliser pour m’ouvrir à un autrement; sortir de mes enfermements, de mon confort, pour éveiller tous mes sens à la découverte de lieux et de gens nouveaux; quitter le rythme trépidant d’un monde qui ne prend plus le temps, pour renouer avec le rythme de la vie.Puy-en-Velay - 2009
CHEMINER
Le cheminement de la démarche engage tout l’être : physique et spirituel. C’est dans cet engagement que le processus se met en branle, que l’être chemine, que l’expérience relève du senti puisqu’elle s’inscrit dans ma chair. Elle prend soudainement une saveur que je ne lui connaissais pas ou que je redécouvre au plus profond de moi. Une saveur que j’apprendrai à côtoyer jour après jour et dont le goût guidera mes pas.
DEMEURER
S’arrêter pour se mette à l’écoute de ce qui se passe en moi et savourer l’expérience; la laisser descendre dans tout mon être et en goûter les bienfaits; la méditer, l’approfondir, la laisser agir. Je ne peux brusquer les choses, les digérer plus vite que je ne le peux. Le chemin se trace en moi lentement et je dois lui laisser cet espace, ce temps. C’est le temps de la contemplation.
REPARTIR
Comme l’eau stagnante devient impropre, tout mon être trouve sa vérité dans le mouvement. Non pas une agitation insignifiante, mais un mouvement vivant dont le goût m’appelle à reprendre la route. Ce repartir s’inscrit dans ma mission, l’élan vivant inscrit en moi, et dont la saveur se défini jour après jour. Il signifie aussi l’ouverture d’esprit. Un esprit qui s’enferme dans ses schèmes de penser n’est plus capable d’avancer. C’est l’appel du chemin, l’appel au cheminement.

La démarche du pèlerin se vit sous ces quatre temps et engage tout mon être dans ses dimensions corporelle, spirituelle et temporelle. Tout le processus animera et/ou réanimera des parts de mon être, parfois dans la joie, parfois dans la souffrance, le plongeant dans des réflexions et remises en question. En cours de route, j’apprends à m’observer, je me mets à l’écoute…

CORPSPuy-en-Velay - 2009
Habiter mon corps pour me découvrir comme être vivant. Reprendre contact avec tous mes sens. Éprouver la simplicité des bonheurs quotidiens, la joie d’être en vie : goûter, toucher, sentir, voir, entendre. Être vivant, c’est éprouver la joie de l’élan de vie qui est en chacun de nous. C’est se découvrir fait pour être heureux, sentir le lien qui nous unit à la Vie, à tout ce qui vit. C’est choisir la Vie à chaque instant. Habiter mon corps, c’est aussi observer et apprivoiser ma souffrance. Celle que je traîne avec moi, dans mon sac de vie. Quelles sont les souffrances de ma vie, celles qui me paralysent, m’empêchent d’avancer, m’enferment? Lentement j’apprends à les accueillir, les détricoter, faire la paix avec elles. J’apprends à les utiliser pour aller plus loin, pour avancer dans ma vie. Lentement, l’expérience m’amène à distinguer ce qui oriente ma vie et la saveur qu’a celle-ci… Quel est ce goût qui me fait vibrer, vivre? Quel est ce goût qui m’entraîne dans une vie illusoire, vers des pulsions de mort?

ESPRIT
Discerner mes états d’esprit. Discerner le bon esprit, du mauvais esprit : celui qui me fait souffrir, celui qui m’amène à contre-courant de la Vie, me met dans l’illusion de la joie, m’entraîne à des dépendances…, celui qui met du désordre dans ma vie. Pour plutôt apprendre à orienter ma vie selon les signes du bon esprit : celui qui met mes sens en éveillent, m’anime et me rend joyeux, celui qui amène la paix et la sérénité en moi. J’apprends à observer mes états d’esprit pour donner du sens à ma vie. En observant les mouvements de joie et de peine en moi, je suis à même de découvrir le fil conducteur de ma vie. J’apprends aussi à laisser mon esprit libre d’aller, ne plus l’engorger de mille pensées. Par cet exercice, j’ouvre un espace en moi pour que puisse naître du nouveau, une solution nouvelle.

TEMPSLa Voie du St-Laurent - 2014
Prendre le temps de vivre son pèlerinage. Ne pas penser à l’arrivée avant d’être parti. S’engager dans la démarche avec tout son être pour lui laisser le temps de se vivre et permettre une intégration profonde. On ne peut maîtriser l’art et la technique du peintre en un weekend. Pour aller en profondeur, cela demande du temps. Plus je prendrai le temps, plus je raffinerai mon sens du goût et développerai ma capacité à reconnaître la saveur de ma vie, ce qui lui donne si bon goût. J’aurai alors plus de facilité à m’éloigner de ce qui la rend aigre ou amère. De même, en prenant le temps, les nœuds qui se sont formés en moi, et m’enferment dans mes souffrances, pourront se dénouer en douceur et amener une plus grande liberté intérieure.

Entreprendre un pèlerinage de longue randonnée, c’est vivre la démarche du pèlerin, c’est vivre un peu tout ça… et plus encore. La démarche du pèlerin est personnelle à chacun. Elle vous conduira là où vous êtes en mesure d’aller. Elle ne vous poussera jamais au-delà. Et si certaines limites en venaient à être dépassées, ce n’est pas l’expérience qui sera en cause, mais notre rapport à l’expérience. Il sera alors bon de se poser quelques questions : qu’est-ce que je n’ai pas écouté en moi? Qu’ai-je à prouver? Suis-je entré dans cette expérience sous le mode de la compétition et de la performance?

La Voie du St-Laurent - 2014C’est un pas à la fois que le pèlerin progressera. Se donner le temps de vivre l’expérience sur plusieurs semaines consécutives ou encore s’engager dans un processus en plusieurs petites séquences entraînera un cheminement qui se raffinera tout en douceur.

Pour tous ceux et celles qui désirent expérimenter la démarche du pèlerin et voudront se joindre à nous pour la saison de pèlerinage 2015, c’est à travers ce processus que Bottes et Vélo offre de vous accompagner. N’hésitez pas à vous inscrire aux différents séjours de ressourcement à travers le pèlerinage ou encore à partir avec nous pour une plus longue expérience sur la Voie du St-Laurent au cours de l’été. Visitez notre site pour découvrir toutes les possibilités qui s’offrent à vous.

Bon chemin!Bottes et Vélo - Emblême
Éric Laliberté

Le confort du Camino québécois

2014-07-17 14.02.46Un jour ou l’autre il faudra bien en finir avec les comparaisons entre le pèlerinage québécois et Compostelle! D’ici là, cependant, il faudra en avoir fait le tour pour pouvoir s’en libérer. Comme Brigitte l’écrivait la semaine dernière, chaque pèlerinage a sa propre couleur et Compostelle n’est pas Québécois. Ce qu’il faut retenir par contre, c’est que Compostelle est très certainement une référence en matière de pèlerinage. Il est en ce moment le chemin le plus fréquenté et nous avons tout avantage à nous servir de cette expérience pour baliser et qualifier celle du pèlerinage de la Voie du St-Laurent; et ceci vaut pour tous les pèlerinages nord-américains. Aujourd’hui, nous nous attarderons donc à la question de l’hébergement le long du St-Laurent.

L’hébergement pèlerin, tel que plusieurs d’entre nous l’ont connu sur le Camino, n’existe pas au Québec. Sur le Camino Frances, la voie la plus fréquentée de Compostelle, on y retrouve généralement un hébergement de qualité, du type auberge de jeunesse, tous les 5 à 10 km. Rarement plus de 15 km. Développer cette fréquence d’hébergement pèlerin au Québec rendrait très certainement le pèlerinage en terre d’Amérique plus intéressant mais, l’expérience n’en demeure pas moins confortable pour autant! Au contraire!

2014-07-22 13.00.03Lors de notre périple de cet été, nous avons séjourné dans de magnifiques auberges, gîtes ou cabines, et le camping s’est avéré un choix plutôt qu’une nécessité. Notre pèlerinage s’est donc révélé aussi confortable que Compostelle puisse l’être. Le problème avec l’hébergement sur les chemins de pèlerinage, ce n’est pas seulement d’en trouver un qui soit confortable, mais un qui soit abordable (Ici, question tarifs, je crois que l’on peut comparer la Voie du St-Laurent avec les hébergements des voies françaises de Compostelle) et d’avoir du choix sur une distance qui soit respectable. Par bonheur, la Voie du St-Laurent répond à ces deux critères et pourrait même avoir un avantage sur le Chemin de Compostelle!

Tout au long de la Voie du St-Laurent, 5 types d’hébergement s’offrent à nous: 1) le gîte du passant (bed and breakfast), 2) le motel ou les cabines, 3) les résidences étudiantes, 4) les auberges de jeunesse et 5) le camping.

1) Le gîte du passant ou « Bed and Breakfast »

Les gîtes du passant ont été notre choix de derniers recours. Étant le plus dispendieux des hébergements, nous n’avons pas abusé de cette solution sinon notre pèlerinage serait rapidement devenu hors de prix. Cet hébergement, cependant, a l’avantage d’être toujours de qualité, d’inclure le petit-déjeuner dans son tarif et ne requiert pas de sac de couchage. Pour le pèlerin qui cherche toujours à réduire le poids de son sac à dos, c’est un sérieux avantage!
Pour ce qui est du prix, ceux-ci varient entre 80$ et 100$ la nuitée pour deux personnes. C’est du moins la limite de prix que nous nous autorisions. Il est évidemment possible de trouver de nombreux gîtes au-delà de ce prix.

2) Le motel ou les cabines

Les motels ou cabines sont très présents tout au long de la voie du St-Laurent. Ils fonctionnent tous les deux sur le même principe et demandent à peu près les mêmes tarifs. La cabine a cependant l’avantage d’offrir une cuisinette, ce qui permet une économie non-négligeable. Un service que l’on pourra trouver occasionnellement dans certains motels. Côté qualité, on peut s’attendre à un peu de tout. Généralement, ces hébergements offrent un espace simple, parfois rustique, mais qui convient très bien pour une nuit de repos. Mais, cela dépend aussi de votre degré de tolérance… Un degré qui varie selon la fatigue éprouvée! Néanmoins, vous aurez toujours la possibilité de visiter l’endroit avant de le louer. Les tarifs pour ce type d’hébergement varient entre 45$ et 75$, pour deux personnes. Un tarif qui ressemble beaucoup au tarif des hébergements pèlerin en France. Avantage sur Compostelle : la plupart d’entre eux offrent le Wifi gratuit et, ici aussi, pas besoin de sac de couchage.

3) Les résidences étudiantes

Les résidences étudiantes font partie de nos coups de cœur, tout comme les auberges de jeunesse. Du côté de l’Ontario, elles sont encore mieux qu’au Québec, même si celles du Québec font parfaitement l’affaire.
Toujours situées dans le quartier latin des grandes villes, elles sont à proximité de tous les services et des points d’intérêts. Facile d’accès, propre, offrant la literie, un espace cuisine, un salon communautaire, une buanderie et l’accès Wifi gratuit, la résidence étudiante est un hébergement de qualité à tarif pèlerin. Un tarif qui varie entre 45$ et 65$ pour deux personnes, taxes comprises.

4) Les auberges de jeunesse

L’auberge de jeunesse est sans aucun doute l’hébergement qui ressemble le plus à l’albergue espagnole de par sa convivialité et son côté internationale. Chaleureuses et accueillantes, chacune d’entre elles nous a offert la chance de prendre un repas avec des gens provenant des quatre coins du monde. Des gens de tous les âges qui partagent tous un goût pour l’aventure et la découverte. Point de vue services, les auberges de jeunesse offrent sensiblement les mêmes que les résidences étudiantes. Il s’agit cependant d’un hébergement en dortoir mais, en déboursant un peu plus, vous pouvez avoir une chambre privée. Les tarifs en dortoir varient entre 25$ et 35$ par personne, taxes comprises, et inclus parfois le petit-déjeuner. Ici aussi, vous bénéficierez d’un accès Wifi gratuit et de la literie.

5) Le camping

Le camping n’est absolument pas nécessaire pour le pèlerin cycliste sur tout le parcours de la Voie du St-Laurent, de Niagara Falls à Percé. Pour le pèlerin randonneur, entre Montréal et Percé, il ne sera pas nécessaire non plus. (De Niagara Falls à Montréal, nous vous recommandions lors de notre premier bilan (1) de faire le parcours à vélo et non à pied; les distances étant trop souvent de plus de 40 km entre deux hébergements potentiels.) Ceci dit, ceux et celles qui voudront rendre l’expérience plus nature, ou encore plus économique, trouveront des campings partout et à des tarifs beaucoup moindre au Québec qu’en Ontario. En Ontario, les tarifs varient entre 35$ et 45$ pour un terrain sans service. Au Québec, il vous en coûtera entre 20$ et 35$ pour un terrain semblable. Hormis le tarif qui diffère, vous trouverez des campings de même qualité dans les deux provinces.
2014-08-10 19.54.10Au départ, nous avions cru que le camping serait une solution à l’hébergement pèlerin mais, s’il en est une, elle est seulement et purement économique. Il n’est donc pas nécessaire de s’alourdir le sac à dos d’une tente et d’un matelas de sol comme je l’ai fait! Les rares occasions où nous avons fait du camping étant par choix, jamais par nécessité.

Ce qu’il faudra retenir du pèlerinage le long du St-Laurent : c’est qu’il est possible de se lancer sur les rives du fleuve aux grandes eaux en ayant l’assurance de trouver un hébergement abordable et confortable tout le long du parcours (environ 30$/nuitée/personne); c’est-à-dire un hébergement équivalent à ce que l’on pourrait trouver sur le chemin du Puy-en-Velay ou de Vézelay. Que certaines sections nous offrent même de l’hébergement tous les 7 ou 8 km, rarement avons-nous marché 20 ou 25 km avant de croiser un hébergement, une seule fois 30 km. Et, enfin, qu’il est possible de le faire sans avoir à s’encombrer d’un sac de couchage! Avantage que Compostelle n’a pas! 😉Bottes et Vélo - Emblême

Éric Laliberté

(1) Voir sur la chaîne youtube de Bottes et Vélo, le vidéo intitulé : Bottes et Vélo – La Voie du St-Laurent – Bilan 1 (Ontario).

La Voie du St-Laurent – Marcher la plage

Voici un court montage vidéo qui vous permettra d’apprécier les jours de pèlerinage sur la plage, en Gaspésie, le long de la Voie du St-Laurent.

Bottes et Vélo - EmblêmeBon visionnement!

Éric Laliberté et Brigitte Harouni

Un Compostelle québécois ?

Les seuls chemins qui valent d’être empruntés sont ceux qui mènent à l’intérieur.
Charles Juliet

2014-07-29 13.05.21Ces dernières années, l’expression «Compostelle québécois» est fréquemment employée. Ceci porte à croire qu’il existe donc une version comparable du chemin de Compostelle espagnol au Québec. Cet été, nous avons parcouru un chemin en bottes et à vélo, dans le but de faire fleurir les joies du pèlerinage au Québec. Mais avons-nous fait « un Compostelle»? Cette formulation m’a poussée à comparer ces deux parcours durant presque tout mon trajet.

Durant la partie « vélo» la recherche de comparaison était moins présente car le mode de transport étant très différent, la vie sur le chemin se comparait difficilement. Par contre, dès les premiers pas sur le chemin gaspésien, mon cerveau logico-mathématique s’est mis à tourner et retourner la question car tous les ingrédients nécessaires pour faire un parallèle étaient présents.

2014-07-27 09.52.05Tout d’abord les ressemblances : dans les deux cas, le pèlerin porte un bagage semblable, les températures de la Gaspésie se rapprochant de celle que nous retrouvons dans les montagnes d’Espagne. Et Bien que nous ayons transporté notre matériel de base pour camper, tout le voyage peut aisément se faire en hébergement. La route est également semblable, car pour les deux parcours elle traverse régulièrement des petits villages, parfois bien développés et parfois plus dépouillés. Et voilà! C’en est tout pour ce qui est des ressemblances !

Bien que les deux soient des pèlerinages, on se rend rapidement à l’évidence que la comparaison est impossible et inutile, les deux offrant des plaisirs fort différents au marcheur.

2014-08-02 14.39.43Marcher la Gaspésie, c’est suivre le fleuve, puis la mer, durant des kilomètres. C’est marcher le visage caressé par le vent frais du large et respirer l’air parfumé d’iode et d’algues. C’est pouvoir s’arrêter à tout moment sur un tronc d’arbre rejeté par la mer ou sur un rocher bien arrondi, pour profiter du silence et du calme, enlever ses bottes et se rafraichir dans l’eau salée. On est loin des plaines chaudes de la Meseta et des champs de blé ou encore des odeurs de ferme de la Galice. Les paysages espagnols nous enivrent la vue avec les vignobles, les champs de tournesols et les collines verdoyantes parsemées de coquelicots. Les haltes sont plus souvent dans de petits villages de pierre, sur une coquettes terrasse ou dans un petit parc.

Marcher la Gaspésie, c’est vivre seul sur le chemin car la route n’est pas encore fréquentée par les pèlerins. Les villageois sont encore sensibles à la démarche du pèlerin et sont charitables, généreux, serviables et accueillants. Nombreux sont ceux qui viennent nous parler et nous encourager. Il est agréable de partager un bout de vie avec chacun, d’apprendre à les connaître et à vivre avec eux un moment de Gaspésie. En Espagne, nombreux sont les marcheurs sur la route, et rares sont les échanges avec les résidents locaux. Nous avons plutôt tendance à nous retrouver avec d’autres pèlerins. Nous partageons ensemble les repas, les hébergements et parfois aussi un bout de route. Il se crée ainsi une vie sociale qui suit la route et qui lui donne une belle couleur.

2014-07-25 12.47.25Marcher la Gaspésie c’est aussi marcher le long de la seule route qui en traverse les villages côtiers. Au début de la Gaspésie, elle est plutôt achalandée. Mais il est possible sur plus de la moitié du trajet de marcher loin de celle-ci : en passant par la plage qui est large et dont le sable est bien tassé, en passant sur les petites routes qui entrent dans chaque village, ou en marchant sur les sentiers aménagés. Ce chemin qui longe le fleuve a l’avantage d’être doux pour les pieds et pour les genoux car le pèlerin marche généralement dans du sable, sur du gazon ou sur de la poussière de roche. Sur le chemin espagnol, la voie est facile à suivre, clairement balisée par les flèches jaunes et par le passage de milliers de pieds après tant d’années. Le pèlerin est souvent sur des sentiers, loin du trafic, à travers champs et montagnes, et parfois sur le bord de routes asphaltées aux abords des villages et des villes. Mais ces beaux sentiers pittoresques sont exigeants physiquement et il nous faut une bonne botte et une bonne semelle pour les parcourir.

Les comparaisons et les différences sont nombreuses : terre-mer, fruit-poisson, ocre-bleu, chaud-frais, international-local, vers l’ouest-vers l’est, populeux-solitaire, historique-écologique,… Le Québec ne sera jamais l’Espagne. La Voie du St-Laurent ne sera jamais Compostelle. Chaque pèlerinage a une couleur bien à lui et offre au pèlerin un décor extérieur propice à l’émergence et au développement de son chemin intérieur, car finalement, dans les deux cas, l’essentiel est la route que chacun fera en lui.Bottes et Vélo - Emblême

Brigitte Harouni

Parcourir la Voie du St-Laurent en 20 minutes

Voici un montage vidéo qui vous permettra de parcourir les 2000 km du pèlerinage Bottes et Vélo – La Voie du St-Laurent – en 20 minutes. Vous aurez ainsi un aperçu des paysages et du type de routes ou sentiers qui forment ce parcours.

Bientôt, nous serons en mesure de vous offrir plus de détails techniques sur la réalisation de ce pèlerinage. Si vous avez des commentaires, des questions, n’hésitez pas à communiquer avec nous: infos@bottesetvelo.com

Bon visionnement!Bottes et Vélo - Emblême

Éric Laliberté et Brigitte Harouni