Marcher ensemble

La terre c’est comme l’amour, elle exige une relation humaine, d’individu à individu.
Alice Parizeau
S’il est bien une route qui de tout temps a su rassembler dans un espace  liminal (hors des enjeux et structures sociétales), c’est bien celle du pèlerinage. Le pèlerin, même s’il marche seul, n’est jamais dans une solitude absolue. Sa longue marche est d’abord relationnelle. Elle dépend de sa capacité à entrer en relation avec un environnement qui lui est étranger. Le pèlerinage s’inscrit dans cette dynamique qui tient en tension individu et société : entre  moi et les autres. Le pèlerinage offre un espace pour se reconnaître – trouver sa juste place – au sein d’une communauté en mouvement, appelée au changement. Pour parvenir à embrasser cet espace, le pèlerin s’offre aux difficultés de la rencontre. C’est à travers elles qu’il est transformé, qu’il gagne en liberté.

L’être humain n’est rien seul. Concevoir ma vie de pèlerin dans l’espace solitaire de ma seule réalisation personnelle, constitue le plus grand des handicaps à toute démarche pèlerine. Chaque jour la vie appelle à la rencontre, à se décentrer de soi. Le pèlerinage invite à sortir de cette consommation narcissique de l’autre, pour entrer dans l’espace de l’accueil mutuel en vue du plus grand bien. Ensemble, tourner le regard vers une destination commune à construire; écouter et accueillir mutuellement.

Le pèlerinage convoque à ressaisir l’espace de la rencontre et de l’être ensemble. Le pèlerin ne peut s’imposer à l’autre, il marche en terre étrangère. Par contre, il sait très bien qu’il ne peut se renier. Il est toujours à négocier cet espace : comment marcher ensemble? Comment partager la vie?

Marcher ensemble, c’est être coresponsable de la vie qui cherche à se dire en chacun  de nous. Lui permettre de s’exprimer en cherchant à comprendre, ensemble, le désir qu’elle porte. La vie appelle la vie. Écoutez-la, dans ses silences, dans ses murmures, mais aussi lorsqu’elle hurle parce qu’elle étouffe. La vie réagit toujours face aux dynamiques de mort.

Éric Laliberté

Faites nous part de vos commentaires.